JE Strasbourg Sorcière Icône

LA SORCIÈRE, entre objet historique et icône féministe.
Regards scientifiques sur l’utilisation d’une figure fascinante.

Journée d’étude, Université de Strasbourg, 2 juin 2023.

La figure de la sorcière s’est construite à partir de croyances issues de l’imaginaire humain depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. En Occident, la « chasse aux sorcières », selon l’expression consacrée, est initiée au Moyen-Age. Mais c’est l’époque moderne qui a condamné judiciairement et massivement ces femmes pour crime de sorcellerie dans un phénomène historique de grande ampleur. Cette répression issue d’une criminalisation progressive a produit une image complexe de la sorcière, parfois présentée comme une figure militante d’un féminisme forgé à l’aune d’interprétations polémiques très contemporaines. Comme beaucoup de médias l’affichent aujourd’hui, la sorcière est-elle réellement pacifiée, réhabilitée, dûment ou indûment récupérée à des fins de revendications sociétales ou abusivement exploitée pour servir des desseins vengeurs exprimés comme tels ?
Cette figure est utilisée de façon récurrente dans de nombreux espaces géographiques et se décline sous des aspects très différents selon les époques et les cultures, exerçant une fascination qui attire souvent les regards de façon irrésistible, qui subjugue par ses aspects aguichants ou qui peut paralyser le recul et la critique nécessaires à une étude prudente et approfondie.
La question de la définition de la sorcière est essentielle pour recenser la diversité des cas présents dans le temps et l’espace. La sorcellerie ne se décline pas qu’au féminin, comme la présence d’hommes l’atteste dans des proportions variables selon les régions (80% en Normandie à l’époque moderne). Le nombre de cas est un sujet continuellement révisé au vu des archives nouvellement exploitées, et également débattu suivant les interprétations ou extrapolations parfois exagérées pour étayer des thèses allant jusqu’à la manipulation. La célèbre militante écoféministe américaine qui se revendique sorcière, Starhawk, avance le chiffre de 9 millions de condamnations.
Se pose alors la question de la légitimité à utiliser la figure de la sorcière. Les acteurs et actrices d’un militantisme contemporain s’affichant par exemple comme wicca ou éco-féministes, entre autres mouvements très nombreux, prônent la réhabilitation des cas historiques judiciaires, et présentent la chasse aux sorcières comme un modèle absolu de féminicide. L’Ecosse et la Catalogne ont officiellement réhabilité en 2022 des milliers d’accusées avec une forte publicité médiatique. Que signifient les demandes actuelles de réhabilitation d’accusées dont la mort remonte pour certains à un demi-millénaire ?
Ce sujet dans l’air du temps fait état d’une récupération par des non-experts (journalistes, écrivains, influenceuses, « magiciennes » professionnelles – tireuse de cartes, « witch » avec un don de voyance, d’ensorcellement…) qui peuvent être animés par des objectifs mercantiles ou par un gain de notoriété. Une certaine confusion des genres peut parfois même se rencontrer au sein de la recherche universitaire. L’exemple de Jules Michelet qui a forgé dès 1862 l’image fantasmée d’une sorcière rebelle qui lutterait avec des desseins féministes avant la lettre, montre la persistance de cette interprétation qui érige la sorcière en symbole de revendications souvent anachroniques. Les chercheurs faisant preuve d’expertise et de compétences méthodologiques pour étudier un fait historique sont-ils les seuls aptes à pouvoir produire une analyse et une interprétation du phénomène ? Quelles sont les conditions nécessaires pour faire autorité en la matière ?
Cette journée d’études propose d’interroger avec un regard universitaire multidirectionnel la validité des arguments présentés pour démontrer que la sorcière est une icône féministe. Les éclairages scientifiques et historiographiques pourront mettre en lumière un débat d’actualité grand public souvent très polarisé autour d’une figure qui fascine de façon quasi systématique. La sorcière interroge ainsi les chercheurs de disciplines aussi variées que l’histoire, l’histoire de l’art, la théologie, la philosophie, la psychologie, la sociologie, l’ethnologie, l’anthropologie, les sciences de l’information et de la communication ou la littérature, sans être exhaustif.
La réflexion interdisciplinaire portera sur un espace géographique étendu à l’aire d’influence de mouvements féministes actuels œuvrant à l’échelle locale ou mondiale, incluant l’ensemble des espaces européens, américains, africains, asiatiques et océaniens, et sur un temps large qui englobe les quatre périodes historiques.

Comité scientifique et d’organisation :

Maryse SIMON (UMR 3400 ARCHE), Antoine FOLLAIN (UMR 3400 ARCHE), Clémence VIAL-DETAMBEL (ARCHE), Mathilde HAENTZLER (CRESAT UR 3436), Sophie JOLY-FROMENT (LPC UR 4440).

PROGRAMME

  • « Enjeux et pertinence de l’expertise historique », Maryse SIMON, Université de Strasbourg UR3400 – ARCHE) 

1. Problématique et historiographie

Présidente de séance : Sarah FERBER, Associate Professor of History, Université de Wollongong (Australie)

  • « Historiographie des liens entre sorcellerie et féminisme », Maxime GELLY-PERBELLINI (doctorant en histoire médiévale EHESS -UMR 8558 – CRH et Université libre de Bruxelles)
  • « Comment faire une histoire féministe de la sorcière ? », Andreea MARCULESCU (Assistant Professor, Université d’Oklahoma, États-Unis)
  • « La figure de la sorcière et son usage chez les contemporains de Michelet », Vincent ROBERT (Maître de conférences HDR honoraire, Université Paris I Panthéon Sorbonne UR3550 – Centre d’histoire du dix-neuvième siècle)

2. Construction de la figure iconique

Présidente de séance : Clémence VIAL-DETAMBEL, doctorante Université de Strasbourg

  • « Circé la magicienne au prisme de la Grande Guerre, allégorie d’un militarisme orgiaque et aveugle ? », Thaïs BIHOUR (docteure en histoire de l’art contemporain, Université Paris I Panthéon Sorbonne UR4100 – HiCSA)
  • « “Venefica”  : avant la sorcière, l’empoisonneuse », Aude CHATELARD (docteure en histoire romaine, Université de Strasbourg UMR7044 – Archimède)
  • « Lilith, “reine des sorcières”  : les ambiguïtés du réinvestissement féministe de figures féminines mythiques », Maureen ATTALI (docteure en histoire et anthropologie religieuses, post-doctorat à l’Institut d’histoire théologique Université de Berne)

3. Utilisation et récupération

Président de séance : Antoine FOLLAIN, Professeur en histoire moderne Université de Strasbourg

  • « Les représentations de la femme dans le discours sorcellaire au Gabon », Sosthène IBOUANGA (docteur en anthropologie, Université de Côte-d’Azur UPR7278 – LAPCOS)
  • « La Légende de Himiko : intermédialité et territorialisation de la sorcière japonaise » Enzo LE GUIREC (doctorant en études japonaises, Université Lyon 3 UR4186 – IETT)
  • « La figure de la sorcière au regard des inégalités de genre et épistémique dans le contexte mexicain », Claire LAPIQUE (doctorante en sociologie, Université de Strasbourg UMR7363 – SAGE)

4. Expertise scientifique

Présidente de séance : Maryse SIMON, docteure en histoire des religions Université de Strasbourg

  • « The witches of Silvia Federici or how feministic myths of the 19th and 20th century are surviving », Rita VOLTMER (Senior Lecturer in History, Université de Trèves, Allemagne)
  • « La réactivation de la figure de la sorcière à l’heure des réseaux sociaux : mise en scène de croyances magiques et esthétique “witchy”  », Lucie POUCLET (doctorante en sciences de l’information et de la communication, Université Lyon 2 UR4147 – ELICO)
  • « La réception de la figure de la sorcière par les écoféminismes français et étasuniens : quelles divergences ? », Maureen BAL (doctorante en sciences politiques, Université de Bordeaux UR7434 – IRM)

Conclusions

  • « Réhabilitations et utilisation de la figure iconique de la sorcière », Martine OSTORERO (Professeure en histoire médiévale, Professeure Associée Université de Lausanne, Suisse)

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Maryse Simon (2 juin 2023). JE Strasbourg Sorcière Icône. Sorcellerie. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w6nr


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Maryse Simon dit :

    pour aller voir la journée d’étude !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search